Problématiques Des Centres D’urgences vétérinaires

Top 5 des problématiques des centres d’urgences et de référé : leçons de nos voisins nord-américains

L'année 2023 a été riche en émotions au sein de nos cliniques, n'est-ce-pas ? Difficultés de recrutement, dégradation de la santé mentale, turnover...

Les principaux challenges de 2023

La majorité des structures de référés et/ou d’urgences rapportent la pénurie de personnel vétérinaire et la santé mentale de leurs équipes (stress, fatigue compassionnelle, etc) comme les plus grands challenges rencontrés l’année passée.

Plus de la moitié des structures rencontrent des difficultés liées à l’augmentation du nombre de patients à traiter.

Faire face à l’augmentation de charge de travail

Travailler plus ?

Pour faire face à cette augmentation de charge de travail, plus de la moitié des structures font appel à des remplaçants (« relief veterinarians »). Une grande partie (67%) rapportent augmenter davantage les heures supplémentaires de leurs équipes.

Travailler mieux ?

Améliorer la productivité des équipes est l’un des leviers permettant de faire face à une augmentation de charge de travail sans augmenter les temps de travail. Aux US, les méthodes les plus utilisées pour augmenter la productivité des équipes sont :

  • L’optimisation des flux de travail : communication, transmission d’informations, mise en place de protocoles, etc
  • Les outils technologiques : suivi patient digitalisé, PIMS (Practice Information Management Software), plateformes de communication client, etc
  • La formation des équipes

Néanmoins, 66% des membres des équipes estiment qu’une meilleure formation et de meilleurs process permettraient d’améliorer davantage la productivité et l’efficacité de la clinique.

Le turn-over dans les structures et facteurs de rétention

Les éléments les plus associés à la rétention du personnel vétérinaire sont : sans surprise, le recrutement et l’agrandissement des équipes, mais aussi les investissements dans de nouvelles technologies et l’existence de temps libre dédié à la santé et au bien-être mental.

La possibilité de prendre du temps off pour répondre à un besoin de santé mentale semble bien plus associée à la rétention du personnel que toute autre mesure dans ce domaine (notamment : mesures et programmes de prévention/éducation en matière de bien-être et de santé mentale).

La santé mentale des équipes

Point intéressant, cette étude montre une profonde déconnexion entre la perception de la santé mentale par les dirigeants de cliniques comparé à la réalité de l’état de santé mentale de leurs équipes.

Seulement 5% des dirigeants de clinique jugent la santé mentale de leur équipe comme mauvaise à très mauvaise alors que leurs équipes évaluent leur santé mentale comme mauvaise à très mauvaise dans plus de 25% des cas.

Répondre aux revendications pour favoriser la santé mentale de ses collaborateurs

Comment mieux répondre aux besoins des équipes qu’en leur posant directement la question et en les incluant dans la réflexion et la démarche d’amélioration continue ? Voici les pistes qui semblent montrer le plus de résultats en matière d’amélioration du moral des troupes :

Elodie Vinet
Elodie Vinet
Articles: 9

Laisser un commentaire