Le droit à la déconnexion quand on est vétérinaire : une utopie ?

Le droit à la déconnexion correspond au droit pour les salariés de ne pas répondre aux sollicitations (mails, appels, messages, etc) en dehors de leurs heures de travail. Pourquoi, en dehors du caractère d’obligation pour l’employeur, est-il important d’y prêter attention ? Quelles conséquences de cette « connexion permanente » à son lieu de travail ? Explorons un peu plus ce sujet d’actualité !

Le droit à la déconnexion : qu'est-ce-que c'est ?

Le droit à la déconnexion a fait son entrée dans le code du travail en 2016 à la suite d’un rapport sur l’impact du numérique sur le travail. En effet, 62% des actifs demandaient une régulation des outils numériques professionnels. La législation reste assez vague sur les modalités de mise en place de ce droit à la déconnexion. Elle indique simplement qu’il est du devoir de l’employeur de mettre en place des instruments de régulation de l’outil numérique dans le but d’assurer le respect des temps de repos et de congés ainsi que l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle et familiale du salarié.

Si l’entreprise compte plus de 50 salariés, l’employeur doit négocier un accord collectif sur le droit à la déconnexion ou, à défaut, mettre en place une charte (avec consultation préalable du CSE).
Le devoir d’accord/charte ne concerne que les entreprise de plus de 50 salariés, mais le droit à la déconnexion concerne tous les salariés. La responsabilité repose sur l’employeur au titre de son obligation de sécurité. Les salariés, et notamment les managers, doivent également respecter les mesures prévues afin de garantir le droit à la déconnexion. Ainsi, on pourrait également parler d’un devoir à la déconnexion pour les salariés !

Selon une étude menée par le cabinet de conseil Eléas en septembre 2016, plus d’un actif sur trois utilise les outils numériques professionnels hors temps de travail.

Quel intérêt du droit à la déconnexion ?

Le droit à la déconnexion a été intégré au code du travail dans le but d’assurer le respect des temps de repos et de congés du salarié ainsi que l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle et familiale.
Le droit à la déconnexion, en dehors d’un devoir pour l’employeur, nous interpelle sur différents points. L’omniprésence des moyens de communication dans notre vie courante rend les frontières entre vie professionnelle et vie privée bien floue.

Il n’y a pas d’étude, à l’heure actuelle, s’intéressant spécifiquement au lien entre droit à la déconnexion et bien-être mental chez les vétérinaires.
Néanmoins, de très nombreuses études ont montré que le déséquilibre entre vie professionnelle et vie privée constituait l’un des principaux stresseurs dans la profession. L’étude de Truchot (2022) a montré que la charge de travail et le conflit entre la vie professionnelle et la vie privée correspondait à la catégorie de stresseurs la plus fortement associée à l’épuisement émotionnel ainsi qu’aux troubles du sommeil. Par ailleurs, une frontière floue ou inexistante entre vie professionnelle et vie privée (encouragée par une disponibilité fréquente en dehors de ses heures de travail) va également favoriser le développement de profils workaholiques. Le workaholisme, rapport pathologique au travail, est souvent glorifié voir même encouragé au travers des étapes de la vie d’un vétérinaire. Pourtant, il fait le lit de nombreux troubles : souffrance physique, mentale (en particulier burn-out), mais aussi baisse de performance du travailleur et de l’entreprise (turn-over, arrêts maladie, etc).

D’après un rapport de l’AVMA (American Veterinary Medical Association) sorti en 2020, le désequilibre entre vie privée et professionnelle constitue la première cause de reconversion. L’enquête par Vétos-Entraides menée en 2022 sur les raisons conduisant les vétérinaires à ne pas/plus exercer en clientèle dresse le même constat.

Quels enjeux de la mise en œuvre du droit à la déconnexion ?

Le droit à la déconnexion vise à :

En pratique, comment faire ?

Le texte de loi ne précise pas de modalités pratiques à la mise en place du droit à la déconnexion. En pratique, il est généralement admis qu’une association de plusieurs approches sera la plus efficace.

Sensibilisation

La sensibilisation passe essentiellement par des temps d’échange et de formation entre les différents intervenants (employeur, salariés, collaborateurs, managers). Le but de la sensibilisation sera de :

Incitation

Certaines mesures pourront inciter quotidiennement le collaborateur à déconnecter. On pensera notamment à :

En pratique, il peut sembler difficile de respecter ce droit à la déconnexion dans nos cliniques vétérinaires. Pourtant, une bonne préparation en amont peut permettre de limiter en très grande partie les sollicitations inopinées. Cela peut passer par le fait des déléguer sa PCS, mettre en place des modalités de transmission de cas claires et comprises par tous (tenue des compte-rendus en temps et en heure, discours propriétaire, etc), favoriser un partage complet des informations par un moyen dématérialisé propre au milieu professionnel, montrer l’exemple en tant qu’employeur/manager, faire appel à un service externe pour répondre aux questions techniques lorsque l’on emploie des vétérinaires juniors (c’est ce que la télé-expertise Help4VET propose), et bien d’autres !

Régulation

Les mesures de régulation sont plus fermes et empêchent totalement le contact avec le collaborateur. Il s’agira par exemple de bloquer le serveur de messagerie interne à certaines heures, bloquer l’accès au logiciel en dehors de la clinique, etc.

Elodie Vinet
Elodie Vinet
Articles: 9

Laisser un commentaire